GC_cars_3_logo

CARS3_FaceOff_Storm_BD

Flash McQueen est de retour, six ans après ses aventures autour du monde dans le très critiqué « Cars 2 » ! Proposant un nouvel épisode revenant sur ses fondamentaux, les Studios Pixar passent à la vitesse supérieure avec cette franchise qui bat tous les records depuis 2006, et provoquera incontestablement une bonne surprise chez les spectateurs fan du numéro 95. Doté d’un scénario simple mais porteur d’un beau message universel et de personnages fort attachants, « Cars 3 » réussira-t-il à atteindre la première place du Box-Office et faire mieux que son aîné sorti en 2006 ?

Synopsis : Dépassé par une nouvelle génération de bolides ultra-rapides, le célèbre Flash McQueen se retrouve mis sur la touche dans ce sport qu’il adore. Pour revenir dans la course et prouver, en souvenir de Doc Hudson, que le n° 95 a toujours sa place dans la Piston Cup, il devra faire preuve d’ingéniosité et de courage. L’aide d’une jeune mécanicienne pleine d’enthousiasme, Cruz Ramirez, qui rêve elle aussi de victoire, lui sera d’un précieux secours…

Complétement différent de « Cars 2 », « Cars 3 » arrive sans difficulté à le mettre de côté et le faire passer pour un spin-off sans intérêts. En effet dans cet opus, le réalisateur Brian Fee recentre son histoire sur Flash McQueen et ses difficultés à rester le numéro un des courses automobiles. Véritable retour aux sources donc, pour ce nouveau film d’animation des Studios Pixar qui se veut ainsi plus intimiste et jouant davantage sur l’émotion. Cette ambiance est due principalement au fait que le film traite d’une thématique beaucoup plus mature que ses prédécesseurs comme la retraite et la reconversion ou même la transmission d’un savoir. Malgré cela, le scénario souffre de longueurs et d’un grand manque d’originalité faisant même parfois légèrement écho au premier volet. Sans toutefois être dans la redite pure, ces éléments apportent un petit vent de fraîcheur bienvenu sans que le résultat soit vraiment exaltant. Nous noterons tout de même un dernière partie qui fonctionne à 100% et pour le coup très inattendue !    

CARS-3_RGB_a045_35Q_pub   CARS-3_RGB_a440_32gcs

La grande force de ce film est incontestablement son casting de personnages tous aussi attachants les uns que les autres, là où « Cars 2 » s’était complétement trompé de registre avec un Martin catastrophique dans le rôle principal et qui plus est doté d’un humour assez lourd…
Bref, ici plus de Martin ou du moins, il ne fait que de brèves apparitions, ce qui n’est pas plus mal.
Flash McQueen est donc de nouveau le héros de cette nouvelle histoire et a subi depuis son premier tour de circuit en 2006, une évolution au niveau de son caractère en devenant plus mature et moins frimeur. Cette évolution est en partie liée au fait que le héros se voit vieillir et distancer par la nouvelle génération de bolides bien décider à prendre la relève du champion, et qu’il va se voir obliger de se reconstruire et partir sur les traces de son mentor, le regretté Doc Hudson. Toujours doublé par Guillaume Canet en VF et Owen Wilson en VO, ces deux-là font une fois de plus du très bon travail.
Exit donc Martin, et place à un tout nouveau personnage, véritable futur atout pour cet univers : Cruz Ramirez. Cruz est la coach high-tech aux méthodes peu ordinaires du centre d’entraînement Rust-eze. Sa spécialité : doter les nouvelles recrues prometteuses de l’écurie d’équipements de pointe pour prendre la piste d’assaut. Mais elle croit rêver lorsque le champion de la Piston Cup, Flash McQueen en personne, sollicite son aide. Elle aimerait beaucoup lui permettre de renouer avec le succès, mais elle sait que le niveau de la compétition n’a jamais été aussi élevé, et la victoire n’est qu’une question de vitesse… Au côté de Flash, elle redécouvrira sa vraie passion et qu’il ne faut jamais renoncer à ses rêves. La VF est assurée par Alice Pol, et la VO par Cristela Alonzo.
Dans le camp  des personnages secondaires, nous retiendrons notamment Jackson Storm (VF : Nicolas Duvauchelle / VO : Armie Hammer), l’une des voitures high-tech ultrarapide, racée et dotée d’un mental d’acier. Star montante de la nouvelle génération, il fait preuve d’une assurance et d’une arrogance qui le rendent assez antipathique, mais sa rapidité inégalée menace de transformer le sport et d’envoyer Flash McQueen en retraite. Entraîné sur des simulateurs high-tech programmés pour parfaire sa technique et maximiser sa vélocité, Jackson Storm est littéralement caréné pour la victoire… et il le sait.
Sterling (VO : Nathan Fillion) est le brillant businessman qui dirige le centre d’entraînement Rusteze, l’un des plus performants du pays. Il est aussi élégant et riche que modeste et posé. Mais les affaires sont les affaires, et ses investissements se doivent d’être rentables. En ce sens, Sterling n’a rien de commun avec les anciens propriétaires de Rust-eze.

Evidemment, les habitants de Radiator Springs sont bel et bien présents, et nous retrouvons donc avec un certain plaisir : Sally, Luigi, Guido, Ramone, Flo, Fillmore, Mack et Chick Hicks faisant des apparitions plus ou moins anecdotiques.

CARS_3_a015_58acs   CARS_3__RGB_a325_55a_pub

Techniquement parlant, « Cars 3 » est un vrai bonheur pour les yeux, nous en prenons littéralement plein les mirettes lors des scènes de courses absolument bluffantes de réalisme ! Les décors sont également un pur régal, nous voyageons à travers l’Amérique, de la campagne profonde à la ville, tout est ici conçu dans les moindres détails. Du grand et beau Pixar !
Quant à la partition musicale, si celle-ci est toujours signée Randy Newman, elle ne reste cependant pas en tête, et reste très décevante par rapport à celle du premier opus malgré les deux titres « Run That Race » (qui ouvre le film) et « Ride » pour le générique. De plus certaines sonorités font beaucoup pensées à «Toy Story »,  gênant par l’occasion l’immersion complète dans le film.   

CARS_3_a360_152d_pub   CARS_3-RGB-a485_107b_pub

Sans être inoubliable, les Studios Pixar ont réussi à faire oublier « Cars 2 » en revenant avec « Cars 3 » sur les fondamentaux de la licence. Souffrant parfois de longueurs et scénario convenu, cette nouvelle aventure de Flash McQueen offre toutefois des personnages attachants qui plairont aux plus jeunes tandis que le très beau message qu’elle porte remplira d’émotions le cœur des adultes. Ni un chef-d’œuvre, ni un navet, « Cars 3 » rempli sa mission, qui est avant tout celle de divertir !