Après 765 représentations à Broadway (de 1987 à 1989), la comédie musicale « Into The Woods » est devenue l’une des plus cultes. Pratiquement inconnue en France, le film inspiré de celle-ci, est sorti mercredi sur les écrans. « Into The Woods – Promenons-Nous dans les Bois », promet de belles surprises, bien qu’un peu déroutant.

Synopsis : Les intrigues de plusieurs histoires bien connues se croisent afin d’explorer les désirs, les rêves et les quêtes de tous les personnages. Une aventure musicale qui suit Cendrillon, le Petit Chaperon rouge, Jack et le haricot magique et Raiponce, tous réunis dans un récit original où interviennent également un boulanger et sa femme qui espèrent fonder une famille, mais à qui une sorcière a jeté un mauvais sort…

En ce début d’année, Disney fait le choix surprenant d’adapté une comédie musicale à succès, sur grand écran. Même si quelques personnes avaient des craintes au sujet de cette adaptation, il n’en ai rien, puisque que le rendu final est très fidèle à l’œuvre scénique. Au commande de ce film musical, Rob Marshall, à qui l’on doit la réalisation de « Nine » ou encore le multi récompensé « Chicago » entre autres, un habitué du genre donc. Avec également James Lapine, au scénario, un autre habitué des comédies musicales mais surtout créateur lui-même de « Into The Woods », le film ne pouvait ne pas être réussi. « Into The Woods – Promenons-Nous dans les bois », n’est pas une production Disney comme l’on a l’habitude d’en voir. Traitant de sujets comme l’infidélité, la lâcheté ou encore la mort, le public habituel sera un peu déstabilisé (nous déconseillons ce film au jeune public) même si l’on a aussi le côté fantaisiste, merveilleux avec une pointe d’humour noir qui fera mouche auprès des spectateurs.

  

Côté casting, c’est également une réussite avec un ensemble d’acteurs impressionnant ! Le Boulanger et sa femme, les personnages principaux de l’histoire, joué par James CORDEN et Emily BLUNT, assurément les plus attachants de l’intrigue, tant il déborde d’humanité et d’amour l’un envers l’autre. La magistrale Meryl STREEP, en sorcière loufoque offre une très belle prestation, notamment dans les scènes chanté où elle y est incroyable.  La belle Anna Kendrick est Cendrillon, un personnage assez complexe, très différent de la princesse du conte que tout le monde connaît. Son Prince est interprété par Chris PINE, charismatique avec un côté enfant gâté, il livre un jeu assez convaincant. N’oublions les jeunes acteurs Lilla CRAWFORD (Le Petit Chaperon Rouge) et Daniel HUTTLESTONE (Jack) qui performent dans leurs rôles respectifs en donnant une touche « d’innocence » au conte. A l’inverse, on oubliera la courte apparition de Johnny DEPP grimé en Loup, assez kitch à mille lieux de ses rôles précédents. Le reste du casting n’en démord pas de talent.

  

La mise en scène est incroyablement bien rodé, grâce au talent du réalisateur qui a su mettre en valeur les acteurs, quand ils chantent mais aussi de faire du bois un personnage à part entière. La division en deux actes, comme au théâtre, permet de se rendre compte et de suivre l’évolution des personnages tout au long de leurs quêtes et voir qu’au final, ce qu’ils souhaitent le plus peut avoir des conséquences sur leur entourage. D’un point de vue visuel, on peut dire qu’ici il n’y a pas ou peu d’effets spéciaux préférant de beaux décors dans lesquels nous voudrions tous évolué. Les costumes font partie intégrante de la magie de l’œuvre tant ils sont d’une grande qualité digne des plus beaux contes de fées.

  

Le livret est à peu près le même que le musical. Pour les personnes l’ayant vu au théâtre du Châtelet l’année dernière, ils retrouveront avec plaisir les titres phares. Quelques notes ne manqueront pas de marquer les esprits comme par exemple « Into The Woods », le prologue de 15 min (Mister Disney News l’a même fredonné à la sortie de la projection dans les rues de Paris, c’est vous dire…), mais aussi « Agony » une séquence de duel musical entre les deux princes à mourir de rire et enfin « No One Is Alone » une ballade mélancolique chargé d’émotions. Nous ne parlerons pas des dialogues car ceci représentent que 15% du film, ils seront quant à eux doublé en français pour certaines salles de cinémas, les chansons resteront elles, dans la langue de Shakespeare sous-titrée.

  

« Into The Woods – Promenons dans les Bois » est donc un film et un pari réussi pour Disney, qui signe une œuvre complexe, pour les personnes n’étant pas habitué à ce genre. En effet, il faudra à certains spectateurs un temps d’adaptation pour leur permettre de rentrer complétement dans le film. Sans rien envier à l’original sur scène, il réussit à le rendre meilleur dans certaines scènes mais à le rallonger dans d’autres.  Son univers sombre et cynique, en fait une production originale, où l’on retrouve les personnages des contes interprétés par un casting quatre étoiles, modernisés et dans un univers complétement différent de ce que l’on connaît.  On vous encourage vivement à aller vous promener dans ses bois, mais faites attention quand même à ce que vous souhaitez !

 

Photos : (c)Disney